Apprenez à créer, aménager, décorer votre jardin

44 façons de vous cacher de vos voisins au jardin

Ils sont partout !

Vous avez l’impression d’être observé !

Dès que vous sortez dans votre jardin, vous ne vous sentez pas totalement à l’aise, vous vous demandez si vos voisins vous regardent.

 

Ce n’est d’ailleurs pas qu’une impression, car il est déjà arrivé que l’un de vos voisins vous fasse une remarque sur le nombre de personnes invitées lors de votre dernier barbecue, sur le nouveau salon d’extérieur que vous vous êtes offert ou encore, vous donne un conseil car il trouve que les salades de votre potager font grise mine.

 

Même si vous n’avez rien à cacher, que vous ne faites rien de mal et que l’idée même de bronzer nu ne vous avait pas effleuré l’esprit, vous voudriez juste être tranquille dans votre jardin, avoir un peu d’intimité.

A cause de cette situation, vous avez moins envie de profiter de votre espace extérieur. Vous y allez quand même, vous l’entretenez, vous y organisez des repas, mais vous savez bien au fond de vous que vous limitez vos activités. Si vous aviez la certitude d’être tranquille, vous iriez plus souvent dans votre jardin, vous y feriez encore plus de choses.

 

Cette sensation d’être observé, la plupart des propriétaires de jardins l’ont déjà constaté car aujourd’hui, trouver un terrain sans aucun vis-à-vis relève de l’exploit.

En ville, et même à la campagne, il y a toujours des voisins qui, depuis leur terrasse ou leurs fenêtres, peuvent vous observer quand vous êtes au jardin.

 

C’est important de régler ce problème dès le début de l’aménagement car c’est le gage, pour vous, de pouvoir profiter de votre espace extérieur en toute quiétude.

 

Je vais vous y aider dans cet article.

 

Vous allez découvrir une multitude de solutions pour vous cacher de vos voisins, y compris si ceux-ci ont une vue plongeante depuis les étages de leur maison, ou même depuis les immeubles environnants.

Vous allez comprendre qu’on ne choisit pas son mode d’occultation au hasard. Grâce à la grande diversité qui existe, vous pouvez opter pour une solution qui vous plaît et qui ira avec l’ambiance que vous souhaitez créer dans votre jardin.

 

Des panneaux en bois pour tous les goûts

Je vais commencer par une solution assez classique et pourtant, vous allez découvrir qu’il existe une multitude de variantes différentes afin que l’entourage de votre jardin ne ressemble pas à celui de monsieur et madame tout le monde. Je veux parler des panneaux en bois.

 

Ils présentent l’avantage de s’intégrer dans n’importe quel style de jardin.

En effet, le bois est un matériau qui convient aussi bien dans un aménagement rustique ou naturel, que dans un style moderne.

En plus, la plupart des panneaux font 1,80 m de haut, ce qui est suffisant pour se cacher lorsque le terrain est plat.

 

1. La version classique : toutes les qualités sont au rendez-vous !

La version la plus classique de panneaux en bois se compose de lames posées alternativement à l’avant et à l’arrière de petites poutres verticales.

Elle permet une occultant complète.

 

Même pour cette version simple, il existe de multiples modèles à tous les prix.

 

Bien souvent, celui-ci dépend de la qualité du produit. Vous devez prendre en compte plusieurs éléments pour juger de celle-ci :

 

  • L’épaisseur des lames de bois: plus elles seront épaisses, plus elles seront résistantes et plus le coût sera élevé.

 

  • Le type de fixation des planches au cadre du panneau bois : par des agrafes (le moins cher mais aussi le moins résistant), par des clous ou par des vis.

 

  • Le traitement du bois : la majorité des panneaux que l’on trouve dans le commerce sont réalisés en pin, un bois qui nécessite un traitement pour durer en extérieur et ainsi résister aux intempéries et aux insectes. Le traitement classique est de « classe 4 », mais on trouve à présent dans les grandes surfaces de bricolage, afin de réduire les coûts, du bois traité « classe 3 », qui sera moins résistant dans le temps.

 

  • La garantie proposée par le fabricant : elle peut être un bon indice de la qualité. Certaines marques proposent une garantie de 2 ans, quand d’autres vont jusqu’à 25 ans ! Vous imaginez bien que si un fabricant est prêt à garantir aussi longtemps son modèle, c’est qu’il est certain de sa qualité (qualité du bois, du traitement et de l’assemblage du panneau).

 

Bien évidemment, tout le monde ne peut pas se permettre d’opter pour la version la plus chère. Vous devez faire par rapport à votre budget et aussi par rapport à l’utilité de ces panneaux. Je m’explique : si vous les mettez en place juste pour quelques années, le temps que les arbustes de votre haie aient assez poussé pour vous cacher de vos voisins, et qu’ensuite vous allez les retirer, ce n’est pas la peine d’investir dans une version trop coûteuse.

Si par contre, vous voulez une version durable, surtout si celle-ci est bien visible dans votre jardin, n’hésitez pas à y mettre le prix pour être tranquille pendant des décennies.

 

N’oubliez pas d’inclure dans votre budget les poteaux qui vont maintenir les panneaux. C’est indispensable à la bonne tenue de votre clôture.

Lors de la pose, vérifiez que votre palissade soit bien droite. Esthétiquement, il n’y a rien de pire qu’une clôture mal alignée, ça saute immédiatement aux yeux.

Panneaux bois classiques ©Leroymerlin.fr

 

2. Le mode horizontal pour un aspect cossu

Il existe des modèles où toutes les planches sont alignées (et non pas placées alternativement d’un côté ou de l’autre du panneau comme dans la version précédente). Cela confère un aspect plus massif et robuste à la palissade.

 

Panneaux bois à l’aspect cossu ©Collstrop.be

 

3. Pour les situations venteuses

Les panneaux traditionnels ont un aspect « fermé » et sur une grande longueur, cela peut être monotone voire même lourd visuellement.

 

En plus, ils ne laissent pas passer le vent et cela a deux inconvénients :

 

  • En cas de vents forts, surtout près de la mer, il y a un risque de casse ou d’arrachement des poteaux.

 

  • Comme le vent ne passe pas à travers le claustra, il passe au-dessus et vous vous retrouvez avec des tourbillons venteux un peu plus loin dans le terrain.

 

Pour contrer tout cela, certains fabricants proposent des panneaux à lames horizontales espacées. Ces écarts étant assez petits, vous gardez une certaine intimité.

J’espère quand même que votre voisin n’en est pas au point de regarder ce que vous faites dans le jardin par ces interstices entre les planches ?

Panneaux bois à lames horizontales espacées ©Braun-wuerfele.de

 

4. Pour les situations venteuses 2

Comme alternative à la précédente version, vous avez les brise-vues avec des lames inclinées, de style persiennes. Grace à l’inclinaison, les lames laissent passer le vent tout en vous cachant complètement.

 

Pour information : dans la majorité des cas, l’inclinaison des planches n’est pas réglable.

Panneaux bois style persiennes ©Leroymerlin.fr

 

5. Avec des dimensions personnalisées

Le principal inconvénient de tous les panneaux vus précédemment est que les dimensions sont imposées, tant en hauteur qu’en longueur.

 

Si vous voulez adapter la longueur, vous êtes obligés de démonter le cadre du panneau, recouper les lames et tout réassembler. C’est contraignant.

De même pour les hauteurs : soit vous devez démonter et recouper le claustra pour obtenir un modèle plus petit, soit vous vous retrouvez à devoir empiler les panneaux pour obtenir une réalisation plus haute, ce qui n’est pas toujours esthétique.

 

Aussi, si vous voulez des pare-vues avec des dimensions personnalisées, il est préférable de vous tourner vers les versions à assembler.

 

Elles sont composées de poteaux rainurés dans lesquels on vient insérer des lames qui s’emboîtent. Vous pouvez ainsi facilement jouer sur la hauteur en mettant plus ou moins de planches, ainsi que sur les longueurs en recoupant le bout des lames.

Panneaux bois à assembler ©Castorama.fr

 

6. Entièrement personnalisé

Si vous êtes adeptes du DIY (faites-le vous-même) et que vous souhaitez une clôture qui ne ressemble à aucune autre, vous pouvez acheter des poteaux classiques en bois ainsi que des planches et faire l’assemblage vous-même en fonction de vos goûts : espacement entre les lames, utilisation de planches de différentes largeurs, utilisation d’un bois autre que le pin…

 

Veillez simplement à choisir du bois traité ou naturellement résistant en extérieur.

Panneaux bois DIY ©inconnu

 

7. Le style américain

Jusqu’à présent, je vous ai montré exclusivement des panneaux dont les planches sont à l’horizontale.

 

Mais peut-être avez-vous envie de ne pas faire comme tout le monde ? Ou encore, souhaitez-vous imiter les palissades de jardin que vous avez vues dans votre série américaine préférée ?

En effet, outre-Atlantique, les panneaux composés de lames mises à la verticale sont légion.

 

Fort heureusement, certains fabricants européens en proposent.

Panneaux bois à lames verticales ©Braun-wuerfele.de

 

8. Pour les adaptes du naturel

Si vous voulez avoir un aspect plus naturel, tournez-vous vers les plessis.

 

Ce sont des panneaux construits à partir de tiges végétales, souvent du noisetier.

 

L’aspect est moins rigide qu’un claustra en planches de bois et cela s’intègre particulièrement bien dans un aménagement où les matières naturelles et le végétal sont mis en avant.

 

Pour information, selon les modèles et la qualité du tressage, il peut y avoir du jour entre les tiges.

Panneaux plessis ©Castorama.fr

 

Des panneaux, encore des panneaux, mais dans d’autres matériaux

Jusqu’à présent, tout ce que je vous ai présenté était en bois.

 

Si vous souhaitez un matériau qui ne grise pas sous l’effet des UV, ou tout simplement si vous recherchez un rendu différent, on trouve des panneaux fabriqués avec d’autres matières.

 

9. Le faux bois

Le bois composite est une matière créée à partir d’un mélange de bois et de résine. La surface est souvent texturée de telle sorte à imiter du bois naturel.

 

Il est plus coûteux que ce dernier, mais son avantage est qu’il ne décolorera presque pas à l’extérieur.

Petite parenthèse : le bois naturel grise avec le temps. Sachez que cela n’est pas dérangeant concernant la durée de vie du panneau, c’est purement esthétique. Si vous souhaitez garder sa couleur d’origine, il faut appliquer régulièrement une lasure. Cela prend du temps.

Panneaux en bois composite ©Fiberdeck.fr

 

10. La robustesse et le choix des couleurs

L’aluminium est plus onéreux mais donne un aspect moderne et cossu à l’entourage d’un terrain.

 

Du fait de son coût, on le trouve rarement pour des claustras complets mais plutôt comme palissade, pour rehausser un muret.

 

Le choix des couleurs disponibles chez les fabricants est énorme, on a même des versions nuancées qui imitent les couleurs du bois.

 

Tout comme avec les panneaux en bois, vous trouverez des variantes avec des espaces entre les lames pour laisser passer le vent ou encore avec des lames inclinées, façon persiennes.

Panneaux en aluminium ©Sib-europe.com

 

11. Le cousin moins cher

Le PVC est moins cher que l’aluminium, avec un rendu assez semblable.

 

Il faut néanmoins savoir que le choix des coloris est bien moindre avec cette matière et la résistance au choc n’est pas du tout la même : un impact sur de l’aluminium laissera dans le pire des cas un renfoncement, alors qu’avec du PVC, cela cassera, tout simplement.

Si vous avez peur de cela, vérifiez que le modèle que vous avez choisi est démontable et qu’on peut remplacer chaque élément en cas de nécessité.

Panneaux en PVC ©La-cloture-francaise.fr

 

12. C’est du dur !

Les clôtures occultantes en béton étaient très présentes il y a quelques années.

 

Elles ont su se renouveler pour continuer à exister. Mais juste avant de vous montrer les dernières innovations, un petit mot sur le modèle basic en béton gris.

 

Il faut bien avouer qu’on ne le choisit pas pour son côté esthétique, mais plutôt pour son côté pratique : quand on veut une clôture en dur, sans pour autant construire un mur.

On l’utilise plutôt dans des endroits peu visibles, ou alors, avec des plantes devant pour le cacher.

 

Si vous avez déjà un pare-vue en béton gris dans votre jardin et que vous souhaitez le rendre plus attrayant, sachez qu’il se peint facilement.

 

Un dernier petit conseil si vous optez pour ce genre de clôture : il peut arriver qu’il y ait du jeu entre les plaques et les rainures des poteaux. De ce fait, les plaques peuvent bouger et faire du bruit quand il y a du vent. N’hésitez pas à faire un joint pour bien caler le tout.

Clôture occultante en béton ©Clotures-nicolas.fr

 

13. C’est du dur ! 2

Si ce genre de panneaux en bois vous plaît pour son coté robuste mais qu’esthétiquement, le gris béton n’est pas votre tasse de thé, il existe des variantes plus esthétiques.

A commencer par celles dont la surface des plaques imite l’aspect de planches de bois.

Clôture en béton aspect bois ©Clotures-nicolas.fr

 

14. C’est du dur ! 3

Autre variante : celle avec un aspect de mur en pierre.

 

Avant de passer commande pour ce type de structure, il est conseillé de voir les éléments en vrai afin de s’assurer de la qualité du rendu, et ne pas uniquement se baser sur une photo dans un catalogue.

Clôture en béton aspect pierre ©Clotures-imagine.com

 

15. Les plaques de la modernité

Il y a quelques pages, je vous ai parlé des clôtures en aluminium qui sont composées de poteaux et de profilés extrudés (qui ont la même forme qu’une planche).

Depuis quelques années, on trouve des versions où cette fois-ci, c’est une simple plaque en aluminium ou en acier, une tôle en quelque sorte, qui vient vous cacher du voisinage.

Ces plaques peuvent être uniformes, mais visuellement c’est un peu austère, ou découpées dans des formes originales.

Selon la découpe, l’occultation est plus ou moins performante.

Quel que soit le motif, l’effet est plutôt moderne, surtout si vous optez pour un coloris flashy.

Plaques métalliques découpées ©Ambellya.com

 

16. Les plaques effet vintage

L’acier corten, qui est un acier avec un aspect rouillé, est de plus en plus présent dans le jardin. On le retrouve dans la fabrication de bordures, de braseros, de pots… et aussi sous forme de plaques pour se cacher du voisinage.

 

Il vous permet d’apporter une touche vintage à votre jardin.

Plaques en acier corten ©Plrdesign.com.au

 

Place aux plantes

Les haies sont depuis toujours une solution très commune dans les jardins pour se séparer visuellement des voisins.

 

Vous allez voir que l’on peut créer des haies avec des aspects très différents.

 

17. La sobriété

Si le thuya est passé de mode à cause d’une maladie qui le décime, les haies monospécifiques, c’est-à-dire composées d’une seule variété de plantes, et taillées de façon rigoureuse, trouvent encore leur place dans certains styles de jardin.

C’est le cas des jardins modernes / design dans lesquels les aménagements sont épurés, avec peu de plantes différentes et des lignes géométriques.

Elles s’intègrent bien aussi dans les jardins historiques où elles appuient les symétries et les perspectives.

 

Il faut néanmoins garder en tête que ce type de haie est contraignante en entretien. Il faut les tailler régulièrement pour conserver l’aspect rectiligne.

 

Concernant les variétés de plantes, toutes ne sont pas adaptées à ces tailles géométriques et sévères. L’if est un bon choix si on veut du vert toute l’année ou sinon le charme, qui a la particularité de pouvoir être taillé sévèrement en largeur tout atteignant plusieurs mètres de haut. Par contre, ses feuilles sèchent dès l’automne.

Haie taillée ©CC0/Pixabay.com

18. Le mélange

Logiquement, après les haies monospécifiques, je vais vous présenter les haies composées d’un mélange d’arbustes.

 

Comme on taille chaque arbuste individuellement tout en gardant sa forme originelle, le rendu est beaucoup plus naturel qu’avec une haie taillée au carré.

C’est aussi moins d’entretien car, même si tous les arbustes ne se coupent pas de la même façon ni au même moment, une taille annuelle pour chacun est suffisante. Cela est aussi plus agréable de couper au sécateur des branches individuellement, plutôt qu’avec un lourd taille-haie, perché sur un escabeau.

 

Il y a deux grandes possibilités pour ce type de haies :

  • soit uniquement des arbustes qui gardent leurs feuilles en hiver, si vous avez la nécessité de vous cacher au jardin quelle que soit la saison ;
  • soit un mélange d’arbustes fleuris, qui perdent leurs feuilles quand vient l’hiver mais vous cachent bien à la belle saison, avec en prime des floraisons qui agrémentent votre jardin.

Vous me direz sûrement : et pourquoi pas des arbustes fleuris qui gardent leurs feuilles ? En fait, les arbustes persistants (qui gardent leurs feuilles toute l’année) que l’on trouve sous la plupart des climats en France n’ont pas de floraison remarquable. C’est donc l’un ou l’autre.

Haie en mélange ©CC0/Pixabay.com

 

19. L’exotisme

Une haie composée de bambous donne un air exotique à un jardin, mais son rendu sobre à base de feuilles vertes à la forme ovale classique s’intègre quand même bien dans la plupart des styles de jardin.

 

Comme le bambou ne se taille pas en hauteur, l’entretien se limite à retirer les chaumes, c’est-à-dire les tiges, qui peuvent finir par sécher.

 

Au moment de la création d’une haie de bambous, vous avez un choix important à faire. Il existe deux grands types de bambous : ceux traçants, c’est à dire qui se propagent, et ceux non traçants.

 

Si vous choisissez une variété de bambous non traçants, il faut les planter de façon à ce qu’ils soient assez rapprochés afin qu’ils occultent la vue.

 

Si vous optez pour des bambous traçants, même si vous les espacez au départ, ils finiront par se rejoindre et par créer un rideau visuel. Economiquement, cela vaut le coup : vous pouvez en acheter moins si vous êtes prêt à attendre que la haie se forme.

 

Dans ce cas, il faut prendre des précautions pour que les bambous n’aillent pas envahir votre jardin ou celui de votre voisin. Pour cela, délimitez l’espace qui est consacré à la haie avec une barrière anti-rhizome enfoncée dans le sol. Cependant, n’hésitez pas à vérifier régulièrement que les rhizomes, c’est-à-dire les racines des bambous, ne passent pas au-dessus de cette barrière. Si c’est le cas, coupez-les.

Haie de bambous ©inconnu

 

20. La légèreté

J’ai vu sur internet cette photo plaisante d’une haie faite de graminées (ce qu’on appelle communément les herbes folles), et dans le cas présent, il s’agit de miscanthus. Je voulais vous en parler.

 

Il est vrai que cette barrière verte avec de fines feuilles est très jolie et on serait tenté de recréer la même chose chez soi, surtout quand on sait que les graminées sont globalement moins chères que des arbustes à l’achat.

 

Il faut savoir que les feuilles des miscanthus sèchent pendant l’hiver et vous devrez les couper, quasiment à ras de terre, à la fin de la saison froide pour laisser la place à de nouvelles feuilles bien vertes, qui pousseront au printemps. Elles atteignent leur hauteur finale en été.

Vous le comprenez bien, cette haie ne remplit pas sa fonction toute l’année : elle vous cache sans problème l’été, mais au printemps, les jeunes feuilles sont encore trop petites pour cela.

 

Attention donc aux jolies photos trouvées sur internet qui vous présentent une plante à un seul moment de l’année, celui où elle est le plus à son avantage. Ce qui ne reflète pas son esthétisme ou ses dimensions pendant les 3 autres saisons !

Haie de graminées ©inconnu

 

21. Ça grimpe

Il existe une façon de créer un rideau végétal sans créer une haie : mettre en place une armature et y faire pousser des plantes grimpantes.

 

Il vous faut choisir la ou les variétés par rapport au rendu voulu :

 

  • Des plantes persistantes si vous voulez qu’elles gardent leurs feuilles pendant toute l’année et qu’elles vous cachent quelle que soit la saison.

 

  • Des plantes caduques qui perdent leurs feuilles l’hiver. L’avantage est d’avoir beaucoup plus de choix de variétés, y compris des plantes fleuries.
    Par contre, vous êtes à découvert pendant l’hiver, mais est-ce que vous avez besoin de vous protéger des vues dans votre jardin en cette saison ?

 

Concernant l’armature qui accueille les végétaux, la méthode la plus classique est d’utiliser des treillis en bois.

Les éléments en bois étant assez fins, optez pour une variété de plante grimpante qui ne soit pas trop lourde et qui ne produira pas de grosses tiges qui pourraient casser la structure.

 

Sinon, vous pouvez mettre en place des filins métalliques entre deux poteaux, une clôture grillagée solide ou encore des modèles de gabions spécialement prévus à cet effet.

Treillis en bois avec des plantes grimpantes ©Leroymerlin.fr

 

22. L’effet instantané

Le souci avec les haies et les plantes grimpantes, c’est qu’il faut attendre que les végétaux poussent avant que l’on soit vraiment caché des voisins.

 

Si vous voulez un effet immédiat et que votre budget est confortable, il existe des haies prêtes à planter où les végétaux font déjà la hauteur voulue. Je précise qu’il s’agira d’une haie composée uniquement d’une seule variété de plantes taillées géométriquement.

Le choix est restreint car seuls quelques végétaux sont adaptés à cela, mais c’est très pratique.

 

On trouve aussi ce système avec une armature déjà recouverte de lierre.

Haie prête à planter ©Mobilane.co.uk

 

La solution radicale

Le mur peut apparaître comme une solution radicale mais au final, pourquoi pas !

Vous aurez du mal à trouver une solution plus solide, plus occultante et plus durable.

 

Il existe plusieurs façons de créer un mur de jardin esthétique qui servira de toile de fond pour mettre en valeur le reste de l’aménagement.

 

23. Ambiance cottage anglais

La brique permet de créer des murs qui s’intègrent parfaitement dans un jardin de style cottage anglais, à la fois rustique et fleuri.

 

Son coloris, souvent assez foncé, fait bien ressortir les floraisons des végétaux placés juste devant.

Mur de briques ©CC0/Pixabay.com

 

24. Ambiance naturelle et rustique

Si vous avez choisi de créer un aménagement où les matériaux naturels d’aspect rustique ont leur place, un mur en pierres maçonnées, c’est-à-dire scellées entre elles, est parfait.

 

Il y a une multitude de rendus possibles selon la couleur de la roche utilisée, la forme des pierres, si leurs dimensions sont régulières ou non, la façon de les poser… Vous pouvez vraiment créer un mur unique !

 

Mur en pierres maçonnées ©Amenagementdujardin.net

 

25. Ambiance encore plus naturelle et rustique

Si vous voulez aller encore plus loin dans l’esprit nature, réfléchissez à un mur en pierres sèches. Cette fois-ci, les pierres ne sont pas scellées entre elles.

Leur assemblage suffit à créer un ouvrage solide et durable.

 

Avant de vous lancer, étudiez bien cette technique, surtout dans le cas d’un mur haut, afin que votre réalisation soit une réussite.

 

Tout comme précédemment, le choix des pierres et leur assemblage permettent des rendus totalement différents.

Mur en pierres sèches ©CC0/Pixabay.com

 

26. Rendu net et sobre

A présent, je vais passer en revue les murs traditionnels composés de parpaings.

Bien évidemment, le but n’est pas de laisser les blocs de parpaings apparents car ce n’est pas vraiment attrayant. Je vais vous montrer comment les habiller.

Ces exemples vous seront utiles si vous voulez créer un mur de cette façon, mais aussi si vous avez déjà une séparation de ce type et que vous voulez l’agrémenter.

 

On va commencer par la méthode la plus connue : l’enduit, aussi appelé crépis.

 

Là encore, beaucoup de possibilités pour vous : plus ou moins lisse selon l’effet voulu (moderne ou rustique), nombreuses couleurs disponibles…

Vous pouvez le faire de la même couleur que votre maison afin de créer une continuité avec les murs qui entourent le jardin, ou encore dans un coloris différent pour provoquer du contraste. A vous de voir !

Mur en crépis ©CC0/Pixabay.com

 

27. Rendu rustique

Toujours à partir d’un mur en parpaings, vous pouvez obtenir le même rendu qu’un mur en pierres en utilisant des parements à coller.

Il s’agit de fines plaques de pierre que l’on vient coller sur les parpaings, puis jointer.

 

Veillez à prendre un modèle qui soit adapté à l’extérieur.

Parement aspect pierres ©Marlux-france.com

 

28. En cage

Les gabions sont des cages métalliques que l’on remplit de pierres.

On en voit de plus en plus dans les espaces publics mais aussi les jardins.

 

A la base, ils sont utilisés pour créer des retenues de terre. Mais certains fabricants ont créé des gabions peu larges et hauts, utilisables comme brise-vues.

L’avantage est de faire une réalisation entièrement personnalisée car vous pouvez choisir les tailles, les formes et les couleurs des roches que vous mettez à l’intérieur. Vous pouvez même faire des mélanges, utiliser des galets… Votre imagination est la seule limite !

 

Attention, si vous devez faire une grande longueur de gabions, l’effet pourrait être lassant et oppressant car c’est quand même de la pierre. Dans ce cas, n’hésitez pas à inclure quelques végétaux devant pour casser la monotonie ou encore, alternez avec un autre système d’occultation. J’y reviendrai à la fin de cet article.

Gabion ©Bellissa.de

 

En plaque

Depuis quelques années, une nouvelle façon de se cacher du voisinage, ou encore de séparer les espaces dans son jardin, est apparue.

 

Il s’agit de grandes plaques mises à la verticale.

En béton ou en pierre naturelle, le design est sobre et s’intègre parfaitement dans les aménagements de style moderne.

 

Comme vous allez le voir dans les exemples suivants, on crée rarement tout un mur avec ces plaques car le rendu serait massif. On les espace et on les associe à des plantes pour créer l’occultation tout en apportant une touche végétale.

 

Techniquement, ces plaques tiennent en place car elles sont en partie scellées dans le sol. Elles n’ont donc pas besoin de poteau, ce qui contribue à un design plus sobre.

 

29. Effet design

Les plaques faites à partir de béton iront bien dans les jardins design où l’on utilise des matériaux sobres au rendu uniforme.

Elles pourront être en béton brut pour un effet minimaliste, ou peintes dans un coloris vif pour apporter du peps à l’aménagement.

Plaques en béton peint ©Birkenmeier.com

 

30. Effet zen

Si votre jardin est plutôt moderne zen, alors les plaques d’ardoise y trouveront leur place.

 

Il existe des variantes où ces plaques sont percées de plusieurs cercles de différents diamètres afin d’accentuer l’aspect moderne.

Plaques d’ardoise ©Rob Cardillo/Thedangergarden.com

 

Quand on a déjà une clôture

Vous avez peut-être déjà une clôture en grillage souple ou rigide pour séparer votre jardin du trottoir ou du terrain du voisin.

Plutôt que de l’enlever pour la remplacer par une des solutions évoquées précédemment, vous pouvez avoir envie de l’habiller de façon à ce qu’elle devienne occultante.

 

Voici les solutions qui existent pour transformer votre clôture en pare-vue.

 

31. En bois

Si vous souhaitez apporter une touche de naturel sur votre clôture métallique, il existe des lattes de bois à insérer entre les mailles des panneaux grillagés rigides.

Assurez-vous bien que les lamelles choisies soient compatibles avec votre modèle de clôture.

Sachez que vous n’aurez pas une occultation de 100 % car il reste un petit espace entre chaque latte afin de laisser passer le vent.

Lattes de bois sur clôture ©Betafence.fr

 

32. L’aspect du bois sans les contraintes

Dans le même esprit que l’exemple précédent, il existe les lattes en PVC.

 

Vous en trouverez qui imitent l’aspect du bois, vertes ou encore gris foncé, ou même noires pour un rendu moderne.

Lattes en PVC sur clôture ©Dirickx.fr

 

33. Avec un aspect tressé

Toujours des lamelles en PVC. Cette fois-ci, elles ne sont pas rigides mais souples. L’intérêt est de pouvoir les tresser le long des mailles de votre clôture.

 

Certains modèles se présentent sous forme de lamelles dont la hauteur est identique à celle de votre clôture. D’autres sont vendues en rouleau, à découper à la longueur voulue. Ces dernières sont particulièrement adaptées pour les grillages à mailles en forme de losanges.

Lamelles souples en PVC sur clôture ©Dirickx.fr

 

34. Avec un aspect végétal 1

Revenons à présent aux systèmes occultants faits en matière naturelle, et même en matière végétale.

 

Ils sont particulièrement appréciés dans les jardins où les plantes sont à l’honneur et ils permettent, en plus de vous cacher et de créer des arrières plans intéressants, de masquer votre clôture métallique.

 

Je vous ai préparé plusieurs versions.

 

La brande de bruyère a l’aspect d’une multitude de brindilles, le tout en rouleau épais pour bien masquer les vues.

Normalement le rouleau est épais, mais en fait, cela dépend de la qualité. Certains fabricants, pour réduire les prix, ont fait des versions peu épaisses qui sont moins occultantes. Vérifiez bien cela au moment de l’achat.

Brande de bruyère ©Leroymerlin.fr

 

35. Avec un aspect végétal 2

Ensuite, il y a des canisses faites à partir de tiges végétales : en bambou pour le côté exotique, en roseau ou encore en osier (saule).

 

Il est facile de les couper à la longueur souhaitée pour les faire correspondre avec la hauteur de la clôture.

 

Ayez conscience qu’étant donné que les tiges sont alignées et ne se superposent pas, il y a souvent un jour entre chacune d’elle. L’effet occultant sera donc plus ou moins fort selon le type de canisse et sa qualité.

Canisse en bambou ©Castorama.fr

 

36. Avec un aspect végétal 3

Enfin, une nouveauté que j’apprécie particulièrement : les canisses composées de bandes d’écorce.

C’est plus original que les versions précédentes, déjà vues et revues un peu partout.

 

Son aspect un peu sombre met bien en valeur les végétaux situés juste devant.

Bandes d’écorce ©Primrose.fr

 

Ces solutions dont je n’ai pas envie de parler

Il existe d’autres variantes, synthétiques, à placer sur une clôture mais j’ai décidé de ne pas les détailler ici car l’aspect artificiel est trop visible. Je parle des bâches, des haies perpétuelles, ou encore des canisses en tiges synthétiques.

 

Plus en hauteur

Pour le moment, je ne vous ai parlé que des solutions pour se cacher sur une hauteur de plus ou moins 2 mètres, c’est-à-dire l’équivalent d’un adulte debout.

Cela est parfaitement adapté tant que vos voisins sont au rez-de-chaussée et que leur terrain est au même niveau que le vôtre.

 

Mais que faire quand on veut se cacher de voisins qui ont un vue plongeante sur votre jardin depuis le 1er étage de leur maison ? Ou encore si vous êtes entouré d’immeubles ?

 

37. Se cacher avec les feuilles

Les arbres taillés en rideau sont parfaits pour cacher les vues en hauteur. Ils peuvent être associés à un pare-vue installé plus bas comme une haie ou des panneaux bois.

 

Vous trouverez ce type de plantes uniquement chez quelques pépiniéristes. Le nombre de variétés est assez limité et la plupart sont caduques, cela signifie que les feuilles tombent en hiver. Vous ne serez donc pas caché à cette saison-là.

Arbres en rideau ©Boomkwekerij-debruyn.com

 

38. Les autres possibilités

Il existe d’autres possibilités que j’ai déjà évoquées : un mur très haut ou un mur surmonté de panneaux pour le rehausser.

J’ai une préférence pour la seconde solution car le fait d’utiliser deux matériaux l’un au-dessus de l’autre donne un aspect moins massif qu’un grand mur.

 

Contrairement aux arbres en rideaux, ces solutions vous cacheront pendant les 4 saisons.

 

Vous pouvez aussi utiliser une toile d’ombrage que vous inclinerez. J’en parle plus en détail un peu plus loin dans cet article.

 

Et quand les voisins sont au-dessus de vous ?

Si vous profitez d’un jardin au rez-de-chaussée d’un immeuble, vous pouvez être confronté aux vues de vos voisins du dessus, depuis leurs fenêtres ou pire, de leurs balcons.

Là encore, un peu d’intimité de vous ne fera pas de mal, surtout au niveau de votre terrasse.

 

Voici des solutions adaptées.

 

39. Se cacher grâce aux plantes

La pergola est une structure avec un poteau à chaque coin et de petites poutres sur le dessus ayant pour but d’accueillir des plantes grimpantes. Dans la majorité des cas, elle est en bois, mais vous trouverez aussi des versions en métal.

 

C’est effectivement une bonne solution pour se cacher des voisins du dessus, ainsi que du soleil en plein été. Si vous optez pour une plante qui perd ses feuilles en hiver, la lumière peut à nouveau passer à cette saison, un grand plus si votre pergola est contre une baie vitrée.

Pergola avec des plantes grimpantes ©Collstrop.be

 

40.  Se cacher avec un air de vacances

L’utilisation de plantes n’est pas une obligation sur une pergola. Vous pouvez très bien mettre une canisse sur le dessus et créer ainsi comme un toit laissant passer une partie de la lumière tout en protégeant plutôt bien des vues.

 

En plus, la canisse en fibre végétale n’est pas sans rappeler les paillottes de bord de mer. C’est idéal pour donner un air de vacances à votre jardin.

Pergola avec des canisses végétales ©Leroymerlin.fr

 

41. Se cacher complètement

Autre alternative aux plantes : la toile.

 

Il y a dans le commerce des tonnelles avec une toile intégrée sur le dessus.

Contrairement aux versions précédentes qui laissent de petits interstices, la vue par le dessus sera totalement occultée.

 

Si vous optez pour une toile imperméable, elle vous permet par la même occasion de vous abriter des averses estivales.

Tonnelle avec toile ©Castorama.fr

 

42. Le mode vénitien

On trouve aussi des modèles de pergolas avec des lames inclinables sur le dessus, comme des stores vénitiens.

 

Ils sont coûteux mais très pratiques : quand vous n’êtes pas sur votre terrasse et que vous voulez laisser passer la lumière, vous inclinez les lames quasiment à la verticale. Au contraire, quand vous êtes en train de déjeuner et que vous voulez vous protéger du soleil et des regards de vos voisins, vous mettez les lames à l’horizontale.

 

Certaines versions permettent d’incliner les lames de telle façon que votre pergola devient imperméable.

 

On trouve ces modèles aussi sous le nom de pergola bioclimatique.

Pergola bioclimatique ©Leroymerlin.fr

 

43. On met les voiles !

La voile ou toile d’ombrage est une solution économique et très intéressante.

 

Elle offre beaucoup de possibilités, tant au niveau pratique avec des formes et des dimensions différentes, qu’au niveau esthétique grâce à tous les coloris disponibles dans les magasins.

Son gros avantage est de pouvoir s’incliner comme vous le souhaitez, y compris penchée pour se cacher des immeubles alentours.

 

Vous pouvez facilement la retirer en hiver ou quand vous ne l’utilisez pas.

 

N’hésitez pas à mettre en place plusieurs toiles si vous avez un grand espace à cacher.

 

Les endroits de fixations sont à choisir avec précaution car une telle toile représente une grosse prise au vent. Les ancrages peuvent être contre la maison, autour d’un gros arbre ou sinon, il faut mettre en place des poteaux solidement scellés dans le sol.

Toile d’ombrage ©Iieanature.fr

 

44. Se cacher grâce aux arbres

Les précédentes solutions sont bien adaptées pour cacher sa terrasse des vues du dessus. Avec les arbres, vous pourrez cacher n’importe quelle partie de votre jardin, y compris un petit coin repos où vous aurez plaisir à mettre un transat ou encore un hamac.

 

Il faut privilégier les arbres dont le branchage forme une boule aplatie.

Il existe des variétés d’arbres qui ont naturellement cet aspect, c’est le cas des mûriers à feuilles de platane, des pins parasols…

Ou vous pouvez choisir un arbre qui a été élevé et taillé en pépinière de façon à obtenir une forme de branchage similaire à un plateau.

 

Mûrier à feuilles de platane ©inconnu

 

Je pense que vous l’avez compris : au final, toutes les solutions qui permettent de se cacher du soleil au jardin sont aussi adaptées pour se cacher des voisins situés dans les étages au-dessus de vous.

 

Bonus : on mélange

Au fur et à mesure de cet article, je vous ai présenté de nombreuses possibilités pour vous cacher de vos voisins. J’ai encore un conseil à vous donner : mélangez !

 

Quand on a une grande longueur à masquer, il est préférable de mélanger les solutions afin de créer un rendu unique et moins laissant que si l’on utilise un seul matériau.

Par exemple, alternez gabions et panneaux bois, plaques de béton et plantes, etc.

Gabions et panneaux bois ©inconnu

 

Et maintenant

Souvenez-vous : quand vous avez commencé la lecture de cet article, vous vous sentiez observé quand vous alliez dans votre jardin. Vous souhaitiez plus d’intimité pour profiter en toute quiétude de votre espace extérieur.

 

Vous venez de découvrir une multitude de systèmes pour vous cacher de vos voisins. Des solutions très différentes les unes des autres, avec des styles différents et des matériaux différents.

 

J’imagine qu’à présent, vous avez repéré une ou plusieurs solutions qui vous plaisent. Il est donc temps de passer à l’action !

 

Mesurez la longueur que vous souhaitez cacher, sélectionnez le modèle précis qui vous plaît, passez commande et posez-le !

 

Vous verrez que ce travail et cet investissement valent le coup.

 

Imaginez-vous dans votre jardin, tranquille, à pouvoir faire ce que vous voulez et inviter les gens que vous voulez, sans être épié par vos voisins. C’est le rêve, n’est-ce pas ?

14 réponses à 44 façons de vous cacher de vos voisins au jardin

  • Julien dit :

    Bonjour Bertrand,

    Effectivement le mur en béton est totalement « hasbeen ». Par contre, les haies de végétaux naturels permettent de se mettre à l’abri des regards tout en étant esthétiques.

    A bientôt

    Julien

  • Bertrand dit :

    Hélas les haies ne sont pas si appréciées : les gens ne veulent pas attendre que ça pousse et évitent tout ce qui demande de l’entretien.
    En ce moment, c’est le grillage avec occultant en lames PVC aspect bois qui est très demandé.

  • Hello Bertrand,

    Ton article me rappelle une anecdote. j’avais un joli jardin d’environ 800 m2, mais en vis à vis direct avec mon voisin, sur environ 40 mètres séparés par un grillage.

    J’ai voulu occulter (avec des canisses vertes) mais mon voisin a piqué une crise en m’accusant de lui boucher l’horizon… j’ai tout fait pour le calmer, lui expliquant que ça préserverait sa tranquilité autant que la mienne, mais rien n’y a fait.

    A partir de ce jour, il est devenu insupportable, un parfait candidat pour l’émission « les voisins », lol 😉 Pas moi, j’ai démménagé.

    Bonne chance pour ton blog, qui parlera sans doute à beaucoup de gens qui ne savent pas utiliser et embellir leurs jardins. Il y en a beaucoup !

  • AnnieALLAIN dit :

    Les voiles pare-vue constituent également une solution contemporaine et résolument design pour créer une zone d’intimité dans le jardin ou sur la terrasse pafin de se protéger des regards du voisinage.

  • nono dit :

    j’ai installé des grilles bekafor avec lamelle pvc imitation bois insérée comme brise vue mais cela occulte qu’à 90 %.
    Auriez-vous une solution esthétique pour couvrir ces interstices afin de préserver mon intimité ?
    merci par avance

    • Bertrand dit :

      Ces interstices sont là pour laisser passer le vent. Il n’y a pas de solution toute faite pour les combler. Si vous avez de la place, vous pouvez compléter cette occultation par une haie de végétaux persistants.

  • Jean Paul dit :

    Bonsoir,
    Je vais faire l’acquisition dans les prochains mois, du villa dans un lotissement. la clôture est à refaire car j’ai deux chiens dont un qui aime bien aller se balader. Pour éviter ce désagrément, je pensais faire installer des panneaux de bois oxford de chez L.R. Ces panneaux laissent passer le vent (le mistral) et installer derrière ces panneaux, des panneaux de grillages soudés.
    Mais peut-être avez vous une autre idée plus simple et peut-être moins chères au final.
    La longueur de la clôture fait 46 m de longueur.
    Merci par avance de vos éléments de réponses

    • Bertrand dit :

      Bonjour,

      Pourquoi voulez-vous ajouter un grillage en plus des panneaux bois? Vous pensez qu’ils ne seraient pas assez résistants?

  • Help ! dit :

    Bonjour à tous !

    Je suis à la recherche d’un arbre qui pousse haut, feuillu, persistant. N’ayant pas besoin de trop de place au niveau des racines.
    Peu m’importe s’il est allergène ou s’il a de petits piques.

    Pourriez-vous m’indiquer quelques espèces susceptibles de m’intéresser ?

    Sinon, j’ai déjà un mur qui doit faire 2 mètres. L’ennui étant que le voisin a fait une maison à deux étages. On ne s’entend pas du tout avec lui et il passe sa vie à regarder nos aller-retour, nous provoquer quand on est dans notre jardin (se met à sa fenêtre et s’installe pour nous regarder).
    Serait-il possible d’agrandir notre mur au niveau de la hauteur, de mettre des plantes super occultantes ou autre chose…

    On ne peut plus les supporter !!!

    Merci par avance !

    • Bertrand Lambert dit :

      Bonjour,

      Concernant la possibilité d’agrandir le mur, cela dépend de la réglementation dans votre commune. Il faut vous renseigner à la mairie.

      Concernant un arbre feuillu et persistant, le choix est très limité et la plupart sont plutôt des plantes pour le Sud de la France (je ne sais pas où vous habitez). De plus, vous dites qu’il faudrait qu’il ne prenne pas trop de place au niveau des racines… Tout cela me parait difficile.
      Il faudrait mieux partir sur des conifères, le choix sera beaucoup plus grand et les racines souvent superficielles. Vous pouvez faire comme une haie pas très longue, avec différentes variétés. Si vous souhaitez surtout être caché en hauteur, préférez les conifères avec un port colonnaire / cylindrique.

  • barbey dit :

    Concernant les voisins, ils ont une vue plongeante sur notre terrasse. Nous avons construits une barrière faite avec des palettes placée parralèle à notre terrasse. Il y a des intertices, résiste bien au vent ( nous sommes en région toulousaine) . Construction à peu de frais, sauf achat de quelques piquets en fer et des vis.

    • Bertrand Lambert dit :

      Très bonne idée!

  • suder dit :

    Un demande en Mairie est elle nécessaire ??
    Merci pour une réponse

    Sincères salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement un email dès que je publie un nouvel article, ainsi que des conseils inédits!

Votre prénom :

Votre adresse email :

Suivez moi sur Facebook Suivez moi sur Twitter Suivez moi sur Pinterest
Présentation

bertrand-lambert-verticalJe suis paysagiste et pourtant, je pense que vous êtes le mieux placé pour créer votre propre jardin.

Je vous donne tous les conseils et les méthodes pour y arriver.

En savoir plus