Apprenez à créer, aménager, décorer votre jardin

Créer soi-même son composteur : 5 modèles DIY faciles à recopier

Ca y est, c’est décidé, vous allez faire un compost dans votre jardin.

L’idée de réduire les déchets et de créer un substrat servant d’engrais pour le potager et les plantes d’ornement a fini par vous convaincre.

Vous vous êtes déjà renseigné sur la façon de le faire en consultant des sites internet et peut être même, en lisant des ouvrages sur le sujet. Alternance des couches de déchets, humidité de l’ensemble, aération… toute la technique n’a plus de secret pour vous. Après avoir amassé un maximum de connaissances, il est temps de passer de la théorie à la pratique.

Et puis une question arrive : dans quoi vais-je créer mon compost? Tout le côté écologique vous tente, mais vous ne voulez pas non plus que ce soit inesthétique et que cela vienne gâcher l’aménagement votre jardin.

Faire un compost en tas? Vous avez exclu l’idée, cela prend trop de place et ce n’est pas vraiment beau.

Dans le commence, il existe deux sortes de composteurs :

  • La version plastique, financièrement abordable mais dont la laideur est presque sans limite. A côté, la poubelle verte que votre voisin laisse traîner sur le trottoir serait presque jolie. Impossible de mettre une telle horreur dans un jardin.
  • La version bois : plus jolie, plus « nature » mais dont le coût pour quelques planches et des vis vous parait démesuré.
    En plus, en y regardant de plus près, ces composteurs sont faits en bois traité autoclave. C’est un traitement courant pour le bois de jardin (pour la terrasse par exemple). Il le protège contre l’humidité mais aussi contre les insectes, les champignons… On peut s’interroger sur l’influence de ce traitement chimique sur le compost. A la fois sur les micro-organismes indispensables pour que la décomposition des déchets se fasse bien et aussi sur le substrat obtenu qu’on va utiliser pour la culture de plantes potagères et aromatiques que vous consommerez…
    Pour ne pas prendre de risque, il est préférable de se tourner vers du bois traité non chimiquement ou encore du bois naturellement imputrescible.

Au final, pour préserver l’esthétisme de votre jardin et votre porte-monnaie, il vaut mieux créer votre propre composteur.

Voici ma sélection de 5 versions DIY.

La version bois traditionnelle

Composteur simple ©Burger.fr

Composteur simple ©Burger.fr

Le plus simple est encore de créer une version en bois avec une conception proche de ce qui est vendu dans le commerce.

Il y a la version qui ressemble à un potager en carré au détail près qu’on laisse de l’espace entre les planches pour une bonne aération.

Mais ce modèle est sans couvercle alors que celui-ci est conseillé pour mieux contrôler l’humidité : pas trop de pluie pour ne pas que ce soit trop humide, pas trop de soleil pour ne pas que ça sèche trop vite.
Il est aussi sans trappe, ce qui permet pourtant de récolter le compost au fur et à mesure qu’il arrive à maturité. Il vaut donc mieux laisser cette version de côté.

Composteur avec couvercle et trappe ©Burger.fr

Composteur avec couvercle et trappe ©Burger.fr

Je vous conseille de vous baser sur un modèle un peu plus cossu, comme celui en photo à gauche. N’importe quelle personne qui bricole un peu sera capable de recréer quelque chose de similaire.

Il faut des montants verticaux en bois aux quatre coins, sur lesquels on vient fixer des planches horizontalement en laissant quelques centimètres entre chacune d’elles. Le couvercle et la trappe sont reliés à l’ensemble par des charnières. Les dimensions dépendent du volume souhaité.

A partir de cette version, il est possible de créer diverses déclinaisons que je vais vous présenter.
Les liens vers les tutoriels renvoient sur des sites en anglais, mais les photos suffisent à prendre le principe de montage.

Versions en palettes

Au lieu d’acheter du bois « neuf », vous avez la possibilité d’utiliser des palettes.

Sachez que les palettes sur lesquelles il n’y a aucune inscription ne sont pas traitées. Leur bois aura donc une durée de vie limitée en extérieur.
Celles avec la mention « HT » (haute température) ont été traitées par la chaleur – un peu comme une stérilisation, donc aucun produit chimique. Elles auront une durée de vie un peu allongée.
Celles avec l’inscription « MB » (bromure de méthyle) sont traitées chimiquement et je vous déconseille de les utiliser pour ce projet.

Pour créer un composteur, vous n’avez même pas besoin de démonter les palettes. Il suffit de les placer debout.

Dans le tutoriel du site Diyready.com, trois palettes sont attachées entre elles avec du fil métallique. La quatrième n’est attachée que d’un côté pour faire office de porte. C’est une version simple. Le rendu dépendra beaucoup de l’état des palettes.

Si vous souhaitez quelque chose de mieux fini et de plus pratique à utiliser, cet autre tutoriel en provenance du site Mikesbackyardnursery.com est fait pour vous. Il reprend le même procédé, mais cette fois-ci, les palettes sont fixées en elles à l’aide d’équerres métalliques et l’ouverture est maintenue par des charnières.

Variantes en bois et grillage

La version traditionnelle que je vous ai présentée au départ demande pas mal de planches de bois. Pour réduire leur nombre et donc le coût global, l’astuce consiste à utiliser du grillage.

Sur le site Birdsandblooms.com, vous trouverez une version simple sans trappe. Des charnières ont été mises sur l’un des côtés pour l’utiliser comme une porte.

Sur Practicallyfunctional.com, le modèle est plus élaboré : il est pourvu d’un couvercle et d’une trappe.

Les versions à plusieurs silos

Composteur à trois silos (compartiments) ©Backyardfeast.wordpress.com

Composteur à trois silos (compartiments) ©Backyardfeast.wordpress.com

Si vous avez beaucoup de déchets, il peut être pratique d’avoir un composteur à plusieurs silos (plusieurs compartiments).

Au fur et à mesure que les déchets se décomposent, vous les faites passer d’un compartiment au prochain. Ce transfert permet d’aérer le tout et chaque silo contient des déchets qui sont à peu près au même stade de décomposition. Dans ce cas, pas besoin de trappe.

Il faut néanmoins que la façade de chaque compartiment soit démontable pour facilement accéder au compost. Les planches qui la composent peuvent être percées pour améliorer l’aération.

Vous trouverez les étapes de construction en photos sur le blog Backyardfeast.

Version à partir d’une poubelle

A partir d'une poubelle en métal ©Sansmap.wordpress.com

A partir d’une poubelle en métal ©Sansmap.wordpress.com

N’ayez pas peur! Je ne vais pas vous dire d’utiliser une poubelle en plastique, aussi moche que les composteurs fabriqués dans cette matière que l’on trouve dans le commerce.

On va prendre une belle poubelle en métal et ainsi pouvoir créer un composteur à l’allure vintage. Il suffit de percer des trous sur les côtés et sur le couvercle pour l’aération (n’hésitez pas à créer des motifs pour la personnaliser). Je vous conseille aussi d’en faire dans le fond pour que l’humidité en trop puisse s’écouler.

Le seul inconvénient est de ne pas pouvoir récupérer facilement le compost au fond au fur et à mesure.

A présent, passez à l’action!

Choisissez le modèle qui vous plait le plus. Achetez ou récupérez les matériaux nécessaires et mettez-vous au travail. En quelques heures, vous aurez un composteur moins coûteux que ceux dans le commerce et plus joli!

Besoin d'un devis pour votre jardin?

Faites-en la demande! C'est gratuit et sans engagement.

8 réponses à Créer soi-même son composteur : 5 modèles DIY faciles à recopier

  • Greg dit :

    Super bonne idée j’ai des clients a qui ça va plaire!
    merci pour l’article
    bonne journée

  • klingner sylvie dit :

    merci pour les conseils
    bonne journee
    j’habite en polynesie et la donne et qqls peut différents car nous pas de saison froid
    cela complique qqls peu le chois des semis et plantation, mais je vais essaier comme meme

  • Deb dit :

    L’autoclave est un appareil sous pression qui chauffe bec chaleur humide en général. Ce n’est pas un produit chimique.

    • Je vous confirme que le traitement autoclave pour le bois d’extérieur consiste à injecter sous pression des produits chimiques dans le bois.

      • Verstringe dit :

        alors c’est du bois injecté et autoclavé et non simplement autoclavé.
        dans votre premier modèle conseille, le composteur n’est même pas au sol, les vers font comment pour y aller, ils remontent le courant? Ce type de composteur DIY ou acheté est une fumisterie, à déconseiller absolument.

        • La première version présentée est faite pour être placée sur la terre du jardin, cela se voit au fait qu’elle n’a pas de fond.
          D’autres versions (les deux dernières) ont un fond, elles ne sont donc pas en contact direct avec le sol. Cela est particulièrement pratique quand on n’a pas de jardin et qu’on souhaite faire du compost sur son balcon ou dans sa cour. Il est possible d’acheter des vers pour les inclure dans le compost. Cela se trouve sur les sites spécialisés en lombricompostage. On peut aussi s’en passer! Il y a des milliers de bactéries et de microorganismes qui participent à la décomposition des éléments et la maturation du compost.

  • Purple dit :

    Est-il possible de faire pousser de la lavande et des pivoines dans des bacs élevés en zone 4
    Je pense évidemment au froid de l’hiver.

    Merci de vos bons conseils intéressants !

    • Le fait que ce soit en bac ne change pas grand chose. Pour la lavande, j’ai bien peur qu’elle ne soit pas adaptée au climat montagnard (zone 4), à moins de la protéger. La pivoine arbustive serait plus rustique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement un email dès que je publie un nouvel article, ainsi que des conseils inédits!

Votre prénom :

Votre adresse email :

Suivez moi sur Facebook Suivez moi sur Twitter Suivez moi sur Pinterest
Présentation

bertrand-lambert-verticalJe suis paysagiste et pourtant, je pense que vous êtes le mieux placé pour créer votre propre jardin.

Je vous donne tous les conseils et les méthodes pour y arriver.

En savoir plus